11 décembre 2008

CONNAISSEZ VOUS VOTRE CODE DE LA ROUTE

VRAI - FAUX

1) Aux carrefours non équipés de passages protégés, les piétons ont priorité  sur les automobiles.

vrai

2) La marge de sécurité que les automobilistes doivent laisser aux cyclistes et piétons lors d'un dépassement, est de 1 mètre hors agglomération.

faux : elle est de 1m 50, mais elle est réduite à 1m en ville.

3) Le panneau bleu rond avec dessin d'un vélo indique qu'il s'agit d'un trottoir pour piétons que les cyclistes peuvent utiliser s'ils le souhaitent.

faux : le panneau rond B22a   indique une piste obligatoire car réservée aux cycles exclusivement. La confusion est entretenue par le fait que ce panneau d'obligation a été détourné de son sens dans les années 70-80 et utilisé comme panneau d'indication. Les municipalités qui le conservent sur des voies où circulent des piétons, ou dont le mauvais entretien ne garantit pas la sécurité des cyclistes, risquent de voir leur responsabilité engagée devant les tribunaux en cas d'accident.(sachez que les pistes cyclables obligatoires ne le sont que si leur état est compatible avec le fait de rouler dessus. et cet état est laissé à l'appréciation du cycliste qui l'empreinte.
personnellement, je considère la plupart des pistes cyclables parisiennes comme impraticables car encombrées de tessons de bouteilles, de piétons sourds et myopes, et de caisseux qui sont là "juste pour 5 min, pour acheter du pain".
j'ai déjà utilisé cet argument face aux forces de l'ordre qui m'avaient fait me garer pour me signifier ma faute et me sermonner. ils m'ont confirmé qu'on ne peut être tenu comme responsable d'un accident, ni être inquiété parce qu'on a refusé d'emprunter une piste cyclable obligatoire. sa praticabilité reste à l'appréciation de l'usager.)

bonne route.

Ecrit par : pollux | 09/11/2008

source http://www.legweak.com/archive/2005/10/21/les-cyclistes-et-le-code-de-la-route.html

4°) Les cyclistes n'ont pas le droit de remonter une file de voitures roulant au pas, en utilisant l'espace laissé libre entre ces voitures et le trottoir.

code4SOURCES :Magazine le CYCLES

PHOTOS: PIERRE CARREY

vrai : le nouveau code acceptait cette possibilité mais l'article a été invalidé par arrêt du Conseil d'État qui l'a jugé illégal car contraire aux principes de base prévoyant que tout dépassement doit se faire sur la gauche.

5°) Pour dépasser un cycliste dans une côte, un automobiliste a le droit de franchir la ligne blanche continue à condition de ne laisser déborder que la moitié de son véhicule.

faux : la ligne blanche continue est infranchissable. Il est vrai qu'en raison de l'utilisation abusive de la bande blanche continue (voir Bande blanche ou bande T3 de dissuasion) la police souvent ferme les yeux. Mais un automobiliste qui franchit cette bande blanche est en infraction et peut être sanctionné.

6°) Lorsqu'il franchit les marquages de réinsertion vers la chaussée principale , un cycliste venant d'une piste longeant cette voie a priorité sur les véhicules arrivant derrière lui.

vrai : on trouve cette situation en général avant un resserrement menant à un carrefour ou un giratoire. Il ne s'agit pas d'une intersection, la piste appartient à la voie principale. Trop d'automobilistes réagissent comme s'ils étaient sur une autoroute et empêchent le cycliste de rejoindre en sécurité la chaussée principale. La solution est d'installer des marquages ou bornages  obligeant les automobilistes à s'écarter de la zone de réinsertion avant les rétrécissements. 

7°) Si l'accotement est impraticable, un piéton est autorisé à marcher sur la chaussée face à la circulation.

vrai : la chaussée appartient à tous les usagers. Hors agglomération, l'automobiliste doit ralentir et lui laisser une marge de sécurité suffisante (1m50).

8°) Si l'accotement est impraticable, un piéton est autorisé à marcher de nuit sur la chaussée dans le même sens que la circulation  afin de ne pas être ébloui par les voitures venant  en sens inverse.

faux :

9°) Il est formellement interdit à deux cyclistes de rouler de front.

faux : Deux cyclistes peuvent rouler de front mais doivent se mettre l'un derrière l'autre quand un automobiliste annonce son intention de les dépasser. De nuit ils doivent rester l'un derrière l'autre.

Art R 431-7code2SOURCES :Magazine le CYCLES

10°) Un automobiliste doit ralentir quand il dépasse un cycliste hors agglomération.

Article R413-17

vrai : malheureusement très peu de conducteurs de poids-lourds ou de voitures particulières ont  conscience, ou se préoccupent, du mouvement d'air qu'ils causent en dépassant des cyclistes à grande vitesse par mauvais temps.

11°) Les voies mixtes piétons-cyclistes sont indiquées par un panneau carré partagé par une bande verticale avec à gauche un dessin représentant un piéton tenant un enfant par la main et à droite un dessin représentant un cycliste.

faux : Rappel : un panneau carré signifie que l'usage de la voie ainsi signalée est FACULTATIF. Mais ce panneau mixte piétons/cyclistes n'est pas réglementaire en France bien qu'il soit employé de plus en plus. D'ailleurs la notion de voie mixte piétons-cyclistes n'est pour l'instant régie par aucun texte. Quant au marquage de voies "mixtes" avec deux panneaux ronds (usage OBLIGATOIRE, donc exclusif l'un de l'autre),il est illégal, car absurde.

Des municipalités tournent la difficulté en superposant deux panneaux carré (usage facultatif), l'un pour piétons, l'autre pour cyclistes, et en effectuant un marquage au sol déterminant un espace théorique de repli pour les deux types d'usagers. Le problème juridique resterait entier si par manque de place, il était évident que les deux modes ne peuvent pas cohabiter. (voir panneaux d'obligation et panneaux d'indication)

12°) La ligne de dissuasion à traits longs rapprochés autorise les automobilistes à dépasser les vélos et tracteurs en côte ou sur route sinueuse s'ils peuvent le faire sans danger.

vrai : malheureusement dans l'Essonne depuis quelques années les aménageurs ont recours dans ces situations  à la ligne blanche continue de manière abusive pour se protéger juridiquement. Ce qui met en danger les cyclistes, mais aussi  les piétons circulant sur la chaussée quand l'accotement n'est pas praticable (revoir question n°5).

13°) Dans un giratoire, les cyclistes ont l'obligation d'emprunter l'anneau intérieur vert s'il en existe un.

faux : Cet anneau est considéré comme une bande cyclable et n'est donc pas obligatoire. Les cyclistes aguerris pourront se placer sur le giratoire comme les automobiles; les cyclistes moins rapides pourront suivre l'anneau avec l'avantage d'être mieux protégés car dans leur espace réservé et bien délimité; en revanche ils auront le désavantage d'avoir à traverser toutes les voies, et devront prendre garde aux véhicules sortants qui risqueraient de leur couper la voie.

14°) Les pistes cyclables sont réservées aux cycles exclusivement.

vrai : Il vaudrait mieux appeler ces pistes, "pistes pour cycles". En effet, l'abus de langage des termes "pistes cyclables" est la source d'une confusion extrêmement répandue.  Le mot cyclable en effet est presque toujours pris dans son sens étymologique "où des cycles peuvent circuler", au lieu du sens donné à l'origine par le Code de la Route, "réservé aux cycles". C'est ainsi qu'un très grand nombre d'élus répondent aux demandes de sécurité de la population, en particulier pour les enfants, en promettant ce qu'ils appellent "des pistes cyclables", alors qu'ils proposent des aménagements pour circulations douces mêlant piétons et cyclistes.  Les piétons et les cyclistes ne doivent pas rester cantonnés dans un espace restreint commun qui amènent des conflits d'usage et des risques d'accidents. Dans ce cas la place des vélos est sur la chaussée

n_importe_quoiencore_mieuxescaliers_cycles_351967

15°) Un enfant de moins de 10 ans est autorisé à circuler à vélo sur un trottoir à condition de rouler au pas sans gêner les autres usagers.

faux : l'âge limite est 8 ans. 

16°) Hors agglomération les cyclistes sont tenus d'emprunter les pistes cyclables en site propre séparé quand elles existent.

faux : les pistes cyclables en site propre séparé ne peuvent qu'exceptionnellement être rendues obligatoires: le long de routes à très fort trafic par exemple, à condition qu'il existe un cheminement piétonnier bien séparé et au revêtement au moins aussi bon que celui de la piste cyclable, ce qui assurera que les piétons ne se rabattront pas sur elle. Dans ce cas le panneau B22a d'obligation pourra être installé après avis du Préfet.  Si ces conditions ne sont pas remplies on se retrouve dans la situation évoquée  aux questions 3 et 11).

17°) S'il y a un passage pour piétons à moins de 100 mètres, les piétons sont tenus de l'emprunter.

faux : la distance est de moins de 50 mètres. Au delà un piéton peut traverser n'importe où, à condition de ne pas traverser en diagonale, et il a priorité sur les automobiles et les vélos.

18°) A un signal Stop les cyclistes doivent mettre pied à terre

code1SOURCES :Magazine le CYCLES

PHOTOS: PIERRE CARREY

vrai : Sauf à être des champions du sur-place, s'ils ne marquent pas l'arrêt, ils risquent d'une amende avec éventuellement perte de points de leur permis de conduire les automobiles. Tout comme les automobilistes, et même si la voie est libre, comme "conducteurs d'un véhicule", ils ont l'obligation de marquer le Stop.

La FCDE ne conteste pas la légitimité d'une telle obligation. En revanche elle combat l'installation systématique sur une piste longeant une artère prioritaire de panneaux Stop côté cyclistes avant les traversées des voies secondaires. Cette pratique extrêmement répandue est contraire à l'esprit des modifications au Code de 1998 qui aurait dû inciter les décideurs et aménageurs à privilégier l'article R28 du Code de la Route.

Or c'est justement au redémarrage que le cycliste en recherche d'équilibre est le plus vulnérable. La dangerosité est maximale  dans les traversées de bretelles d'accès ou de sortie des autoroutes  ou voies rapides urbaines: pour assurer, croit-on, la sécurité des cyclistes, on décroche la piste de la voie prioritaire pour l'amener perpendiculairement à la bretelle 50 ou 80m plus loin. Le cycliste se retrouve avec un stop là où les voitures ont le plus de vitesse. Dans la plupart des cas, un passage surélevé avec priorité aux cyclistes pourrait être une solution.

19°) Les piétons ont l'interdiction absolue en toutes circonstances de marcher sur une bande  cyclable.

faux : Si l'accotement n'est pas praticable les piétons peuvent marcher sur le bord de la chaussée goudronnée face à la circulation, c'est-à-dire sur la bande cyclable justement.

20°) A un carrefour, un cycliste voulant tourner à gauche peut, soit se porter sur sa gauche et attendre sur l'axe médian avant de franchir la voie supportant le trafic venant en sens inverse, soit se porter sur sa droite et attendre l'opportunité de traverser sans risques les deux voies.

vrai : cette tolérance n'existe que pour les cycles. Elle permet aux cyclistes de ne pas rester exposés à l'arrêt sur routes à fort trafic, particulièrement en cas de mauvaise visibilité

--------------------------------------------------------------------------------

L'article R 28 stipule que, pour l'application de toutes les règles de priorité, une piste cyclable est considérée comme une voie de la chaussée principale qu'elle longe, sauf indication contraire donnée par la signalisation.  Retour question 18

SOURCE

http://www.circulationsdouces91.org

PHOTOS: PIERRE CARREY

Posté par michelus à 18:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur CONNAISSEZ VOUS VOTRE CODE DE LA ROUTE

    la personne aurait du mettre les répomse sur une autre page

    Posté par jjjhndks, 24 janvier 2011 à 18:07 | | Répondre
Nouveau commentaire